SYMPOSIUM

Maladie, handicap et troubles mentaux

Vers une anthropologie des récits de l’adversité

 29 avril 2015, ENS Lyon, salle R 111, 10h00-17h00

 Organisation :

Hélène MARCHE*, Jérôme BEAUCHEZ*, Fabrice FERNANDEZ*, Samuel LÉZÉ**

 

Argumentaire

Dans le domaine des sciences sociales, l’intérêt porté aux récits de la maladie ou du handicap a donné lieu à des travaux variés (Hyden, 1997), attentifs aux enjeux de reconstruction du monde vécu (Kleinman, 1980 ; Good, 1998) ou de la biographie (Bury, 1984 ; Williams, 1984), aux élucidations des maux (Good, 1998), aux stratégies narratives (présentation de soi et normification chez Goffman) ou encore, au façonnement des récits collectifs. S’ils se distinguent par leurs approches et leurs objectifs, ces travaux ont en commun de souligner l’enjeu de pouvoir que constitue la mise en forme des récits.

Organisé dans le cadre du programme ANR Socioresist (2013-2017) [1], ce symposium a pour objectif d’engager une réflexion collective autour des récits d’expérience dans les constructions de la maladie, du handicap ou de troubles mentaux, à partir de la question des élaborations de l’adversité. Cette notion d’adversité apparaît en effet à même de rendre compte de l’articulation entre les épreuves auxquelles les individus sont confrontés (maladie, regard d’autrui, emprise du monde médical, etc.) et les stratégies d’adaptation, de contournement ou de résistances qu’ils élaborent dans le contrôle de leur existence.

Des questions transversales pourront orienter les discussions.

  1. Comment les élaborations de l’adversité évoluent-elles au cours du temps ? Il s’agira ici d’examiner la dynamique des récits de soi au regard des épreuves successives (par exemple, une longue hospitalisation, un retour à la vie ordinaire, une expérience de douleur extrême, etc.). L’enjeu est alors de repérer la variation des désignations de l’adversité dans les récits, ainsi que l’évolution des stratégies de résistance à son égard.
  1. En quoi la mise en forme des récits donne-t-elle lieu à des formes spécifiques de « travail » et comment en préciser la portée ? Le « travail » est ici considéré comme une action de transformation et de production de quelque chose de « nouveau » et d’original au regard de l’expérience ordinaire. Cette question pourra conduire à examiner les différents types de « travail » qui se déploient dans les récits (travail sur soi, travail sur autrui, travail moral, travail biographique, travail émotionnel, etc.) et à souligner leurs principaux enjeux (maintien de soi face au regard d’autrui, mise en cohérence de la biographie, affirmation des valeurs personnelles, etc.). Il s’agira aussi d’interroger l’importance des activités non-verbales dans les mises en forme des récits.
  1. En quoi les mobilisations collectives contribuent-elles à la dynamique des récits d’expérience et, ce faisant, aux façons d’être aux mondes ? Il s’agira ici de mettre au jour, à travers l’étude des contextes et modalités concrètes de mises en récit qui se déploient dans les groupes de patients ou de « pairs », les réélaborations des significations de l’adversité (du « mal de soi » à la désignation d’un « ennemi commun » par exemple), ainsi que la transformation des rapports aux mondes (ordinaires ou médicaux) qui en découle. Ce sont notamment les relations complexes entre subjectivation et (dé)médicalisation qui pourront être explicitées.

Cadre

La thématique sera explorée durant le symposium à partir de travaux en cours ou de pistes de réflexion à développer dans la discussion. L’animation des discussions sera assurée par les coordinateurs. Cette journée consistera aussi à poser les jalons d’une publication collective.

Participants

  • Benjamin Derbez
  • Julien Grard
  • Yannick Jaffré
  • Frédéric le Marcis
  • Audrey Parron
  • Olivier Taïeb

[1] Le programme Socioresist financé par l’Agence Nationale de la Recherche (2013-2017) propose d’interroger les formes infra-politiques de la résistance ordinaire (coordinateur : Jérôme Beauchez, Centre Max Weber, Université de Saint-Etienne).

Résister en corps. Ethnographies de l’infamie / Bodily Resistance. Towards an Ethnography of Infamy

terrain_vague_3.jpg

Nous avons le plaisir de vous inviter à soumettre une proposition de communication pour le colloque international « Résister en corps. Ethnographies de l’infamie / Bodily Resistance. Towards an Ethnography of Infamy » qui se tiendra à la Cité du Design (St-Etienne) du 3 au 6 novembre 2015.

Ce colloque vise à documenter l’expérience indissociablement sociale et intime des imputations infamantes où se concentrent les effets d’étiquetages dégradants. Racisme, discriminations sexuelles, constructions performatives de l’ « anormalité », mépris de caste ou de classe : autant de disqualifications qui prennent bien souvent le corps, sa constitution, ses apparences et ses usages pour objets. Quant aux sujets les plus disqualifiés, une grande part de leur quotidien reste méconnue dès lors qu’elle se trouve recouverte par le voile des stéréotypes et des préjugés ; un voile dont l’ethnographie peut lever un coin en livrant un accès aux vies a priori dominées. En-deçà des mouvements sociaux et de leurs mobilisations, il s’agit alors de décrire ces coulisses du pouvoir où les moins dotés en possibilités d’agir s’efforcent pourtant d’exister, de maintenir leur dignité et parfois même de résister, en corps.

Cinq axes de travail organiseront les échanges autour des thématiques suivantes :

  1. Castes ou classes dangereuses : corps stigmatisés et gestion des identités souillées
  2. La ligne de partage des couleurs : faire face aux constructions infamantes de la « race »
  3. En corps, partager le genre : résister aux assignations
  4. A-normal, corps et âme : pathologisation, « expérience totale » et affranchissement
  5. Représentations de l’infamie : résistances en corps, images et textes

 

Les propositions de communication mentionneront sur une première page les coordonnées complètes des auteurs : statut, université et/ou laboratoire de rattachement, adresse postale, adresse mail, numéro de téléphone (mobile de préférence).

 

La seconde page sera anonyme et devra, en 300 mots maximum :

  • indiquer un titre précis ;
  •  décrire brièvement l’enquête sur laquelle repose l’intervention (priorité sera donnée aux travaux ethnographiques) ;
  •  identifier un problème en rapport direct avec la thématique du colloque ;
  • exposer quelques résultats dans la perspective d’au moins un des cinq axes qui structureront les débats.

La date limite de réception des résumés est fixée au 5/01/2015

Les propositions doivent être soumises en ligne à l’adresse suivante :

http://resistcorps2015.sciencesconf.org/

Les avis du comité scientifique seront communiqués à partir du 15/02/2015

Les textes complets devront parvenir aux organisateurs avant le 15/06/2015

 

Vous trouverez en pièces jointes l’appel à communications complet (en français et en anglais). A noter qu’un service de traduction simultanée sera assuré durant toute la durée du colloque.

Contact : resistcorps2015@sciencesconf.org

 

Crédits photographiques :  © Pinhole Project

Quand l’histoire nous traverse – Entretien avec Philippe Artières

 

arton2683-af803Quand l’histoire nous traverse – La Vie des Idées

 

Corps exclus, malades, meurtris : tel est souvent le premier aperçu de l’historien sur les hommes et femmes du passé. Philippe Artières revient sur l’expérience physique et émotionnelle qui en résulte : « C’est par mon corps que leur histoire passe.».

L’écriture de l’histoire est influencée par la souffrance des autres, mais aussi par la nôtre.

Film chilien Les soeurs Quispe

LES_SŒURS_QUISPE_120X160_WEB-copie

 

LES_SŒURS_QUISPE_FLYER_WEB

Un film de Sebastian Sepulveda – Sortie nationale le 4 juin 2014.

Chili 1974. Justa, Lucia et Luciana Quispe, trois bergères de l’Altiplano, mènent une vie retirée au rythme de la nature. À son arrivée au pouvoir, Pinochet remet en question ce mode de vie ancestral. Les trois soeurs traversent alors une crise existentielle qui aura un retentissement unique dans l’histoire contemporaine du Chili.

Basé sur un fait réel en 1974, sur les hauteurs de l’Altiplano Chilien à 4000 m d’altitude, ce film (Prix de la Photographie à la Semaine de la Critique de Venise 2013) raconte l’histoire des soeurs Quispe, trois gardiennes de chèvres d’origine Coya qui ont vu leur mode de vie remis en question suite à la loi du gouvernement Pinochet ordonnant l’abattage de tous les troupeaux. Cette tragédie humaine a marqué le Chili en devenant une légende et a même inspiré une pièce de théâtre.

Ce film pose des questions sur la disparition du monde ruralla dépossession des terres mais aussi l’impact de ces changements sur les populations rurales et paysannes.

Entretien avec le réalisateur Sebastian Sepulveda : 

Ce fait-divers est une véritable légende au Chili, l’histoire de ces soeurs fait désormais partie de notre imaginaire. Pour ma part, j’ai été fasciné par la dignité de Justa, Lucia et Luciana Quispe, trois femmes de la communauté andine des Coyas terrorisées par un danger extérieur. Le contexte m’a aussi beaucoup intéressé : cette histoire se déroule dans un monde « primitif », coupé de tout si ce n’est de la nature et de la famille. Il y est question de fin : la fin du monde dans lequel les soeurs Quispe évoluent, mais plus généralement, la fin d’un mode de vie voué à disparaître. Au delà de l’histoire de ces soeurs, le film embrasse des thématiques universelles qui, je l’espère, créent un dialogue avec les spectateurs.

Bande-annonce ici : 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19544791&cfilm=224658.html

Corps en résistance

Corps en résistance : quand les femmes républicaines entrent en grève

un documentaire de Louise Hénaff, réalisé par Charlotte Roux.

Prise de son et mixage : Pierric Charles.

Ecouter en podcast sur France Culture

Reconstitution d’une cellule de la prison d’Armagh © Pierric charles

On se souvient des images télévisées du conflit d’Irlande du nord. Ces femmes qui martèlent le sol avec les couvercles de poubelle ou celles qui défient l’armée britannique en manifestant enveloppées dans une couverture pour leur fils, mari ou frère emprisonnés.

 

Si l’engagement des femmes catholiques  – républicaines a pris de multiples formes, il témoigne du rôle majeur qu’elles ont joué pour défendre leur communauté – un rôle pourtant très peu représenté. La grève de l’hygiène de 1980 dans la prison d’Armagh, à 50 km de Belfast, en est l’exemple le plus probant.

 

En 1976, le gouvernement britannique retire le statut de prisonnier politique aux républicains comme aux loyalistes. Tous doivent se plier au régime carcéral et être traités comme des prisonniers de droit commun. Mais les républicains protestent et refusent de porter l’uniforme de la prison. Ils sont nus sous une couverture. Cette grève de la couverture escalade en 1978 à la grève de l’hygiène. En effet, pour renverser le pouvoir carcéral et éviter les violences physiques, les républicains étalent leurs excréments sur les murs et cessent de se laver.

 

Alors que les femmes républicaines, enfermées à la prison d’Armagh, bénéficient d’un traitement différent, de violentes fouilles de cellules menées dans la nuit du 7 février 1980 les décident à rejoindre le mouvement de protestation des hommes incarcérés à la prison de Long Kesh. 32 femmes participent à la grève de l’hygiène. De même, trois femmes soutiennent les hommes et font la première grève de la faim de 1980.

Silent Grace, réalisé par Maeve Murphy, est le seul film abordant ce sujet mais il est très peu diffusé. En revanche, le site Prisons Memory Archive donne à entendre la parole des hommes comme des femmes, des républicains comme des loyalistes, des prisonniers comme du personnel carcéral. Cahal McLaughlin détaille l’intérêt de cette démarche dans l’histoire du conflit Nord Irlandais:

 

Question de résistance

Séminaire “Questions de résistance : histoire, théorie et pratique”, 1ère séance, 3 février 2014, Paris Ouest

 

Présentation:
Nous nous proposons lors de ce séminaire d’interroger le concept de résistance, avec une attention toute particulière pour son histoire moderne. Comme nous souhaitons le montrer, l’analyse comparative des nombreuses définitions offertes à ce concept entre le XVIe et la première moitié du XIXe siècle, contribueront à apporter des éléments décisifs de compréhension et de définition de la modernité, et ce tant du point de vue de son émergence que de ses évolutions successives jusqu’à la contemporanéité.
Pour ce faire, la perspective de recherche envisagée ici sera celle d’une interdisciplinarité qui, tout en portant un regard sur les déclinaisons de nature proprement politique de ce concept, prendra également en considération ses définitions issues d’autres domaines de recherche tels que la métaphysique, la philosophie naturelle, la morale, l’esthétique, l’architecture, l’histoire ou, encore, la littérature.

 

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment T, salle 237 (première séance)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Miryam Giargia (Université Paris Ouest, Sophiapol/Università degli Studi di Milano), Elisa Reato (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Contact : Miryam Giargia

 

Programme

Lundi 3 février (14h30-18h30, salle T237)
Pierre Crétois  (Université Paris Ouest, Sophiapol/Université François Rabelais de Tours)
Ce qui résiste dans la philosophie politique de Rousseau. La nature humaine en résistance

Miryam Giargia (Université Paris Ouest, Sophiapol/Università degli Studi di Milano)
Résistance physique et résistance politique : nature et limites d’une analogie dans la philosophie de Hobbes.

 

 Lundi 10 mars 2014 (14h30-18h30)
Raphaël Chappé (Université Paris Ouest, Sophiapol/Académie de Créteil)
Penser le droit de résistance : une confrontation La Boétie / Spinoza

Christopher Hamel (FRS-FNRS  – Centre de Théorie Politique (ULB))
Le droit de résistance républicain. Le cas de John Milton

 

Lundi 14 avril 2014 (14h30-18h30)
Corinne Doria (Université Paris IV)
La question de la résistance dans la Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville

Chiara Pasetti  (Università degli Studi di Milano/Università Roma 3/Université de Rouen/Il Sole 24 Ore)
L’égalité, c’est l’esclavage. Voilà pourquoi j’aime l’art”. Flaubert et la “politique de l’Art

 

Lundi 19 mai 2014 (14h30-18h30)
Serena Feloj (Max Planck Institut fuer empirische Aesthetik/Università degli Studi di Pavia)
La résistance de l’objet. Le jugement esthétique dans la philosophie de Kant

Marina Leoni (Università di Genova)
Résistance ou réaction? Quatremère de Quincy et la théorie de l’art au tournant des Lumières

 

Lundi 9 juin 2014 (14h30-18h30)
Elisa Reato (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Liberté et libération : résistance et engagement dans la pensée de Sartre

http://sophiapol.hypotheses.org/14329

Se battre

Affiche du film

NOTE D’INTENTION

Il y a dans ce film ce que nous sommes, ce qui nous anime en tant que citoyens et cinéastes.

Nous sommes arrivés à Givors en novembre 2011 pour ouvrir le chantier du film. Pourquoi Givors? C’est une ville moyenne de 20000 habitants, sise entre le Rhône et le Gier, adossée à la campagne et traversée par l’autoroute qui de Lyon conduit à Saint-Étienne. Elle fut une grande ville ouvrière, son bassin industriel a créé beaucoup d’emplois et attiré nombre d’immigrés venus de toute part. Et puis tout s’est écroulé très rapidement, il n’y a pas si longtemps.

Givors nous semble être emblématique d’une histoire telle que la connaissent une grande majorité de français.

Les personnes que nous avons filmées sont quelques unes parmi les millions qui, dans notre pays, ont des fins de mois difficiles, qu’elles aient un travail ou non.

Ce n’est pas un film sur la précarité ou la pauvreté. C’est un film fait avec des êtres  qui traversent cette précarité dans la banalité du quotidien, du chômage, de la survie ou du travail mal payé. Ils sont le paysage à découvrir avec leur vitalité, leur détermination à vivre, leur culture de résistance. En effet, ce n’est pas parce qu’on est pauvre, qu’on est dénué de parole, de rêves, de sentiments, ou qu’on n’est pas dépositaire de mémoire et d’envie de transmettre à ses enfants l’idée d’un monde meilleur.

Nous sommes en train d’accepter petit à petit en France l’idée d’une société à deux vitesses, entre ceux qui ont plus au moins, et ceux qui n’ont plus. Mais être pauvre aujourd’hui chez nous, c’est aussi ne plus être entendu, ne plus être vu ou regardé, c’est se cacher, se taire, et subir un vrai racisme social. Tous ces mots par lesquels on les stigmatise, assistés, déclassés, et tant d’autres qui font mal, provoquent ainsi chez eux un sentiment de culpabilité, tout en les séparant de plus en plus de nous.

Filmer, c’est prendre soin de l’autre. Chacun de nous construit sa vie en se confrontant aux regards des autres. Si ce regard n’existe plus, la vie s’arrête.

C’est pourquoi nous voulions aussi rendre hommage au travail des bénévoles des associations d’entraide, une véritable armée de l’ombre, qui aux côtés des plus démunis essaye de ne pas les laisser seuls. L’évidence avec laquelle certains êtres aident les autres, leur don de soi, est quelque chose d’admirable.

Nous avons eu le sentiment de filmer à Givors la substance d’un pays, sa moelle. Nous avons rencontré le peuple français tel qu’il est tel et tel qu’il maintient vive sa culture de résistance et de générosité, sa part de singularité.

A condition de lui prêter attention. A condition de le considérer et ne pas le laisser dans la solitude.

Jean-Pierre Duret et Andréa Santana

http://www.sebattre.com/

La fierté noire en images : une infra-politique du film

Crédits : Camarade Tova, 2007

 

Van Peebles (Melvin) & Beauchez (Jérôme), 2013. « La fierté noire en images : une infra-politique du film » (“Black Pride in Images: Infrapolitics of the Film”), Cultures & Conflits, 89, p. 115-132.

Né à Chicago en 1932, Melvin Van Peebles est l’un des artisans du cinéma noir indépendant. Tout à la fois scénariste, acteur, réalisateur et monteur de ses films dont il composait aussi les musiques, ce créateur protéiforme a consacré son existence à documenter les cultures et les conflits qui animent les Africain-Américains des quartiers pauvres. Les « siens », comme il dit, apparaissent ainsi comme l’indéfectible motif de ses engagements. Ils sont ceux qui permettent de rassembler les faisceaux d’une vie multiple, mais toujours orientée par une même visée politique : celle des résistances africaines-américaines face aux dispositifs de la domination blanche. Bien plus qu’un appel à un simple retournement du stigmate sur fond de racisme inversé, les créations de Melvin Van Peebles apparaissent dès lors comme autant de regards portés sur une Amérique noire dont les acteurs n’entendent plus se contenter des seconds rôles.

Mots clés : Melvin Van Peebles, cinéma noir indépendant, militantisme africain-américain, racisme, résistance.

 

Born in Chicago in 1932, Melvin Van Peebles is one of the pioneers of independent black cinema. At the same time scriptwriter, actor, director and editor of his films for which he also composed the music, this protean artist has devoted his existence to documenting the cultures and conflicts of African-Americans in poor neighbourhoods. “My people” as he says thus appear as the unfailing purpose of his commitments, bringing together a whole range of interests in a varied life but always with the same political aim: that of African-American resistance faced with a system of white domination. More than a call for a simple reversal of the stigma against a backdrop of inversed racism, Melvin Van Peebles’ films present a vision of black America in which the actors refuse to content themselves with supporting roles.

Keywords: Melvin Van Peebles, independent black cinema, African-American militancy, racism, resistance.

Séminaire INTERNE n°2, Saint-Etienne, 27 et 28 février 201

 Socioresist

« Les dispositifs de la résistance ordinaire : pour une sociologie culturelle des situations de domination »

 

Ordre du jour

 

Jeudi 27/02/2014, Matinée

10h – 13h : Epistémologie et organisation de la recherche de terrain

–     10h00 – 10h30 :

Accueil, bilan d’étape (dont point financier) et perspectives du programme Socioresist

 

–     10h30 – 13h00 :

Work in progress, 1ère session :

Discussion des enquêtes ethnographiques en cours

Nb. Chaque chercheur-e disposera d’une quinzaine de minutes pour faire état de son travail, suite auxquelles la discussion s’engagera avec le groupe. Évidemment, cette présentation sera le moment de lier recherche de terrain et constitution des « états de l’art » rédigés sous forme de review articles.

L’ordre des présentations sera le suivant : Fabrice, Jérôme et Djémila

 

Pause déjeuner : 13h -14h

 

Jeudi 27/02/2014, Après-midi

14h – 18h00 : Epistémologie et organisation de la recherche de terrain

 

–     14h00 – 17h00 :

Work in progress, 2nde session :

Discussion des enquêtes ethnographiques en cours (mêmes modalités que celles décrites ci-dessus)

L’ordre des présentations sera le suivant : Anne-Sophie, Christophe, Sandra, Aurélia et Eve

 

–     17h00 – 18h00 : Retour sur la journée, état des difficultés rencontrées/exprimées dans la conduite des enquêtes, solutions à mettre en œuvre tant sur le plan individuel que collectif.

 

 

Vendredi 28/02/2014, Matinée

10h – 13h : Socioresist en réseaux

–     10h00 – 11h00 :

Présentation des travaux d’Hélène Marche (Université Rennes 2, UMR CNRS 6590 ESO), sociologue spécialiste des questions de santé, émotions et corporéité.

Hélène Marche nous présentera ses travaux sur l’expérience du cancer qu’elle articulera aux différentes formes de domination et de résistance vécues par les patient-e-s.

Pour un aperçu de ses publications, vous pouvez consulter sa page sur Academia.edu

Dans le même temps, Hélène et Fabrice présenteront leur actualité bibliographique autour de la parution prochaine aux Editions des Archives Contemporaines de l’ouvrage Les émotions. Approche de la vie sociale.

 

–     11h00 – 13h00 :

Discussion de projets. Il s’agira ici :

–       D’une part de revenir sur le calendrier de la recherche tel que fixé dès l’origine (cf. diagramme de Gantt) : rencontres/disjonctions de la programmation et du réel, pourquoi ? Chacun exposera ses raisons.

–       D’autre part de faire état des grands projets qui rythmeront les années à venir : pour l’essentiel deux colloques (incluant la publication des résultats) et le festival « Filmer la résistance : acteurs et réalisations ». Qui plus est, nous envisagerons ici les nouvelles collaborations appelées à étendre le réseau de recherche.

–       Enfin – juste avant le déjeuner ou pendant – Fabrice nous présentera le blog Socioresist, outil de « diffusion réticulaire » de nos activités.

 

Pause déjeuner : 13h -14h

 

Vendredi 28/02/2014, Après-midi

14h-16h30 : L’agenda de Socioresist, engagements et réalisations

 

–     14h00 – 15h30 :

L’agenda de la recherche. Sur la base de la discussion de projets seront fixés les engagements de chacun, ainsi que leurs dates de réalisation. Elles tiendront compte du contrat initial et de ses ajustements aux évolutions de l’enquête.

Nb. Des initiatives personnelles pourront émerger en articulation avec les grands événements. Elles seront annoncées et discutées à ce moment.

 

–     15h30 – 16h30 :

Faire équipe, renforcer le collectif. Retour sur l’ensemble du séminaire, ce moment d’échange conclura sur les différentes manières de consolider le groupe et d’affirmer le travail ensemble. Les dates des prochaines rencontres seront arrêtées.

SocioResist

À partir d’ethnographies multi-situées, et d’une démarche d’enquête qui emprunte plus généralement au pragmatisme ainsi qu’à la « sociologie culturelle » étasunienne, le programme de recherche SOCIORESIST entend contribuer à l’élucidation sociologique des moyens d’action, tout à la fois pratiques et symboliques, élaborés par des groupes d’acteurs confrontés à différentes situations de domination, ou de mise en infériorité.
Tandis que de telles situations peuvent apparaître partout où s’exercent des rapports dissymétriques de pouvoir (aussi bien dans les relations entre les genres, les ethnies ou les classes sociales), la sociologie française les a jusqu’alors comprises ou expliquées en insistant principalement sur le même « côté » de la relation : c’est-à-dire sur le pouvoir au sens de ce qu’il dit ou fait dire (cf. Michel Foucault), compte tenu des effets d’imposition et des « violences symboliques » qu’il produit (cf. Pierre Bourdieu). Si bien qu’au tableau sociologique de ces différentes formes de « dominations ordinaires » continue de manquer en France l’esquisse d’une contrepartie pourtant bien réelle : celle de leur réception et des formes de critiques qu’elles peuvent susciter en termes de « résistances ordinaires » des dominés. SOCIORESIST consiste ainsi dans la sociologie comparée d’un certain nombre de leurs dispositifs, compris comme des formes socialement construites de (contre)pouvoirs incarnés par des acteurs concrets.
L’enquête ethnographique porte dès lors sur certains groupes parmi : les minorités ultramarines mises à l’épreuve de nos « tristes tropiques » et les héritiers des immigrations pris dans le quotidien des banlieues (Jérôme Beauchez), les ouvriers et les paysans en déclin face aux logiques socioéconomiques de la globalisation (Anne-Sophie Sayeux, Sandra Trigano et Corine Védrine), les collectifs de chômeurs et d’activistes contestataires (Christophe Trombert), les groupes paupérisés en situation de squat et/ou d’errance (Djémila Zeneidi et Jérôme Beauchez), les homosexuelles, bi et trans (Aurélia Léon), ou bien encore les personnes en situation de handicap (Eve Gardien).
À la diversité des terrains abordés répond alors l’union des chercheuses et des chercheurs rassemblés par la problématique des « résistances ordinaires » – et des pouvoirs d’agir qu’elles supposent – en transcendance de tel ou tel cas particulier. La centralité de ce travail concerté sur un même problème diversement documenté garantit tout autant la cohérence épistémologique du projet qu’il présente un gage de solidité pour notre équipe, appelée à se saisir d’une question jadis placée par Max Weber au fondement-même de la sociologie : la question des rapports de domination.