Question de résistance

Séminaire “Questions de résistance : histoire, théorie et pratique”, 1ère séance, 3 février 2014, Paris Ouest

 

Présentation:
Nous nous proposons lors de ce séminaire d’interroger le concept de résistance, avec une attention toute particulière pour son histoire moderne. Comme nous souhaitons le montrer, l’analyse comparative des nombreuses définitions offertes à ce concept entre le XVIe et la première moitié du XIXe siècle, contribueront à apporter des éléments décisifs de compréhension et de définition de la modernité, et ce tant du point de vue de son émergence que de ses évolutions successives jusqu’à la contemporanéité.
Pour ce faire, la perspective de recherche envisagée ici sera celle d’une interdisciplinarité qui, tout en portant un regard sur les déclinaisons de nature proprement politique de ce concept, prendra également en considération ses définitions issues d’autres domaines de recherche tels que la métaphysique, la philosophie naturelle, la morale, l’esthétique, l’architecture, l’histoire ou, encore, la littérature.

 

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment T, salle 237 (première séance)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Miryam Giargia (Université Paris Ouest, Sophiapol/Università degli Studi di Milano), Elisa Reato (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Contact : Miryam Giargia

 

Programme

Lundi 3 février (14h30-18h30, salle T237)
Pierre Crétois  (Université Paris Ouest, Sophiapol/Université François Rabelais de Tours)
Ce qui résiste dans la philosophie politique de Rousseau. La nature humaine en résistance

Miryam Giargia (Université Paris Ouest, Sophiapol/Università degli Studi di Milano)
Résistance physique et résistance politique : nature et limites d’une analogie dans la philosophie de Hobbes.

 

 Lundi 10 mars 2014 (14h30-18h30)
Raphaël Chappé (Université Paris Ouest, Sophiapol/Académie de Créteil)
Penser le droit de résistance : une confrontation La Boétie / Spinoza

Christopher Hamel (FRS-FNRS  – Centre de Théorie Politique (ULB))
Le droit de résistance républicain. Le cas de John Milton

 

Lundi 14 avril 2014 (14h30-18h30)
Corinne Doria (Université Paris IV)
La question de la résistance dans la Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville

Chiara Pasetti  (Università degli Studi di Milano/Università Roma 3/Université de Rouen/Il Sole 24 Ore)
L’égalité, c’est l’esclavage. Voilà pourquoi j’aime l’art”. Flaubert et la “politique de l’Art

 

Lundi 19 mai 2014 (14h30-18h30)
Serena Feloj (Max Planck Institut fuer empirische Aesthetik/Università degli Studi di Pavia)
La résistance de l’objet. Le jugement esthétique dans la philosophie de Kant

Marina Leoni (Università di Genova)
Résistance ou réaction? Quatremère de Quincy et la théorie de l’art au tournant des Lumières

 

Lundi 9 juin 2014 (14h30-18h30)
Elisa Reato (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Liberté et libération : résistance et engagement dans la pensée de Sartre

http://sophiapol.hypotheses.org/14329

Se battre

Affiche du film

NOTE D’INTENTION

Il y a dans ce film ce que nous sommes, ce qui nous anime en tant que citoyens et cinéastes.

Nous sommes arrivés à Givors en novembre 2011 pour ouvrir le chantier du film. Pourquoi Givors? C’est une ville moyenne de 20000 habitants, sise entre le Rhône et le Gier, adossée à la campagne et traversée par l’autoroute qui de Lyon conduit à Saint-Étienne. Elle fut une grande ville ouvrière, son bassin industriel a créé beaucoup d’emplois et attiré nombre d’immigrés venus de toute part. Et puis tout s’est écroulé très rapidement, il n’y a pas si longtemps.

Givors nous semble être emblématique d’une histoire telle que la connaissent une grande majorité de français.

Les personnes que nous avons filmées sont quelques unes parmi les millions qui, dans notre pays, ont des fins de mois difficiles, qu’elles aient un travail ou non.

Ce n’est pas un film sur la précarité ou la pauvreté. C’est un film fait avec des êtres  qui traversent cette précarité dans la banalité du quotidien, du chômage, de la survie ou du travail mal payé. Ils sont le paysage à découvrir avec leur vitalité, leur détermination à vivre, leur culture de résistance. En effet, ce n’est pas parce qu’on est pauvre, qu’on est dénué de parole, de rêves, de sentiments, ou qu’on n’est pas dépositaire de mémoire et d’envie de transmettre à ses enfants l’idée d’un monde meilleur.

Nous sommes en train d’accepter petit à petit en France l’idée d’une société à deux vitesses, entre ceux qui ont plus au moins, et ceux qui n’ont plus. Mais être pauvre aujourd’hui chez nous, c’est aussi ne plus être entendu, ne plus être vu ou regardé, c’est se cacher, se taire, et subir un vrai racisme social. Tous ces mots par lesquels on les stigmatise, assistés, déclassés, et tant d’autres qui font mal, provoquent ainsi chez eux un sentiment de culpabilité, tout en les séparant de plus en plus de nous.

Filmer, c’est prendre soin de l’autre. Chacun de nous construit sa vie en se confrontant aux regards des autres. Si ce regard n’existe plus, la vie s’arrête.

C’est pourquoi nous voulions aussi rendre hommage au travail des bénévoles des associations d’entraide, une véritable armée de l’ombre, qui aux côtés des plus démunis essaye de ne pas les laisser seuls. L’évidence avec laquelle certains êtres aident les autres, leur don de soi, est quelque chose d’admirable.

Nous avons eu le sentiment de filmer à Givors la substance d’un pays, sa moelle. Nous avons rencontré le peuple français tel qu’il est tel et tel qu’il maintient vive sa culture de résistance et de générosité, sa part de singularité.

A condition de lui prêter attention. A condition de le considérer et ne pas le laisser dans la solitude.

Jean-Pierre Duret et Andréa Santana

http://www.sebattre.com/

La fierté noire en images : une infra-politique du film

Crédits : Camarade Tova, 2007

 

Van Peebles (Melvin) & Beauchez (Jérôme), 2013. « La fierté noire en images : une infra-politique du film » (“Black Pride in Images: Infrapolitics of the Film”), Cultures & Conflits, 89, p. 115-132.

Né à Chicago en 1932, Melvin Van Peebles est l’un des artisans du cinéma noir indépendant. Tout à la fois scénariste, acteur, réalisateur et monteur de ses films dont il composait aussi les musiques, ce créateur protéiforme a consacré son existence à documenter les cultures et les conflits qui animent les Africain-Américains des quartiers pauvres. Les « siens », comme il dit, apparaissent ainsi comme l’indéfectible motif de ses engagements. Ils sont ceux qui permettent de rassembler les faisceaux d’une vie multiple, mais toujours orientée par une même visée politique : celle des résistances africaines-américaines face aux dispositifs de la domination blanche. Bien plus qu’un appel à un simple retournement du stigmate sur fond de racisme inversé, les créations de Melvin Van Peebles apparaissent dès lors comme autant de regards portés sur une Amérique noire dont les acteurs n’entendent plus se contenter des seconds rôles.

Mots clés : Melvin Van Peebles, cinéma noir indépendant, militantisme africain-américain, racisme, résistance.

 

Born in Chicago in 1932, Melvin Van Peebles is one of the pioneers of independent black cinema. At the same time scriptwriter, actor, director and editor of his films for which he also composed the music, this protean artist has devoted his existence to documenting the cultures and conflicts of African-Americans in poor neighbourhoods. “My people” as he says thus appear as the unfailing purpose of his commitments, bringing together a whole range of interests in a varied life but always with the same political aim: that of African-American resistance faced with a system of white domination. More than a call for a simple reversal of the stigma against a backdrop of inversed racism, Melvin Van Peebles’ films present a vision of black America in which the actors refuse to content themselves with supporting roles.

Keywords: Melvin Van Peebles, independent black cinema, African-American militancy, racism, resistance.