Corps en résistance

Corps en résistance : quand les femmes républicaines entrent en grève

un documentaire de Louise Hénaff, réalisé par Charlotte Roux.

Prise de son et mixage : Pierric Charles.

Ecouter en podcast sur France Culture

Reconstitution d’une cellule de la prison d’Armagh © Pierric charles

On se souvient des images télévisées du conflit d’Irlande du nord. Ces femmes qui martèlent le sol avec les couvercles de poubelle ou celles qui défient l’armée britannique en manifestant enveloppées dans une couverture pour leur fils, mari ou frère emprisonnés.

 

Si l’engagement des femmes catholiques  – républicaines a pris de multiples formes, il témoigne du rôle majeur qu’elles ont joué pour défendre leur communauté – un rôle pourtant très peu représenté. La grève de l’hygiène de 1980 dans la prison d’Armagh, à 50 km de Belfast, en est l’exemple le plus probant.

 

En 1976, le gouvernement britannique retire le statut de prisonnier politique aux républicains comme aux loyalistes. Tous doivent se plier au régime carcéral et être traités comme des prisonniers de droit commun. Mais les républicains protestent et refusent de porter l’uniforme de la prison. Ils sont nus sous une couverture. Cette grève de la couverture escalade en 1978 à la grève de l’hygiène. En effet, pour renverser le pouvoir carcéral et éviter les violences physiques, les républicains étalent leurs excréments sur les murs et cessent de se laver.

 

Alors que les femmes républicaines, enfermées à la prison d’Armagh, bénéficient d’un traitement différent, de violentes fouilles de cellules menées dans la nuit du 7 février 1980 les décident à rejoindre le mouvement de protestation des hommes incarcérés à la prison de Long Kesh. 32 femmes participent à la grève de l’hygiène. De même, trois femmes soutiennent les hommes et font la première grève de la faim de 1980.

Silent Grace, réalisé par Maeve Murphy, est le seul film abordant ce sujet mais il est très peu diffusé. En revanche, le site Prisons Memory Archive donne à entendre la parole des hommes comme des femmes, des républicains comme des loyalistes, des prisonniers comme du personnel carcéral. Cahal McLaughlin détaille l’intérêt de cette démarche dans l’histoire du conflit Nord Irlandais:

 

La fierté noire en images : une infra-politique du film

Crédits : Camarade Tova, 2007

 

Van Peebles (Melvin) & Beauchez (Jérôme), 2013. « La fierté noire en images : une infra-politique du film » (“Black Pride in Images: Infrapolitics of the Film”), Cultures & Conflits, 89, p. 115-132.

Né à Chicago en 1932, Melvin Van Peebles est l’un des artisans du cinéma noir indépendant. Tout à la fois scénariste, acteur, réalisateur et monteur de ses films dont il composait aussi les musiques, ce créateur protéiforme a consacré son existence à documenter les cultures et les conflits qui animent les Africain-Américains des quartiers pauvres. Les « siens », comme il dit, apparaissent ainsi comme l’indéfectible motif de ses engagements. Ils sont ceux qui permettent de rassembler les faisceaux d’une vie multiple, mais toujours orientée par une même visée politique : celle des résistances africaines-américaines face aux dispositifs de la domination blanche. Bien plus qu’un appel à un simple retournement du stigmate sur fond de racisme inversé, les créations de Melvin Van Peebles apparaissent dès lors comme autant de regards portés sur une Amérique noire dont les acteurs n’entendent plus se contenter des seconds rôles.

Mots clés : Melvin Van Peebles, cinéma noir indépendant, militantisme africain-américain, racisme, résistance.

 

Born in Chicago in 1932, Melvin Van Peebles is one of the pioneers of independent black cinema. At the same time scriptwriter, actor, director and editor of his films for which he also composed the music, this protean artist has devoted his existence to documenting the cultures and conflicts of African-Americans in poor neighbourhoods. “My people” as he says thus appear as the unfailing purpose of his commitments, bringing together a whole range of interests in a varied life but always with the same political aim: that of African-American resistance faced with a system of white domination. More than a call for a simple reversal of the stigma against a backdrop of inversed racism, Melvin Van Peebles’ films present a vision of black America in which the actors refuse to content themselves with supporting roles.

Keywords: Melvin Van Peebles, independent black cinema, African-American militancy, racism, resistance.

SocioResist

À partir d’ethnographies multi-situées, et d’une démarche d’enquête qui emprunte plus généralement au pragmatisme ainsi qu’à la « sociologie culturelle » étasunienne, le programme de recherche SOCIORESIST entend contribuer à l’élucidation sociologique des moyens d’action, tout à la fois pratiques et symboliques, élaborés par des groupes d’acteurs confrontés à différentes situations de domination, ou de mise en infériorité.
Tandis que de telles situations peuvent apparaître partout où s’exercent des rapports dissymétriques de pouvoir (aussi bien dans les relations entre les genres, les ethnies ou les classes sociales), la sociologie française les a jusqu’alors comprises ou expliquées en insistant principalement sur le même « côté » de la relation : c’est-à-dire sur le pouvoir au sens de ce qu’il dit ou fait dire (cf. Michel Foucault), compte tenu des effets d’imposition et des « violences symboliques » qu’il produit (cf. Pierre Bourdieu). Si bien qu’au tableau sociologique de ces différentes formes de « dominations ordinaires » continue de manquer en France l’esquisse d’une contrepartie pourtant bien réelle : celle de leur réception et des formes de critiques qu’elles peuvent susciter en termes de « résistances ordinaires » des dominés. SOCIORESIST consiste ainsi dans la sociologie comparée d’un certain nombre de leurs dispositifs, compris comme des formes socialement construites de (contre)pouvoirs incarnés par des acteurs concrets.
L’enquête ethnographique porte dès lors sur certains groupes parmi : les minorités ultramarines mises à l’épreuve de nos « tristes tropiques » et les héritiers des immigrations pris dans le quotidien des banlieues (Jérôme Beauchez), les ouvriers et les paysans en déclin face aux logiques socioéconomiques de la globalisation (Anne-Sophie Sayeux, Sandra Trigano et Corine Védrine), les collectifs de chômeurs et d’activistes contestataires (Christophe Trombert), les groupes paupérisés en situation de squat et/ou d’errance (Djémila Zeneidi et Jérôme Beauchez), les homosexuelles, bi et trans (Aurélia Léon), ou bien encore les personnes en situation de handicap (Eve Gardien).
À la diversité des terrains abordés répond alors l’union des chercheuses et des chercheurs rassemblés par la problématique des « résistances ordinaires » – et des pouvoirs d’agir qu’elles supposent – en transcendance de tel ou tel cas particulier. La centralité de ce travail concerté sur un même problème diversement documenté garantit tout autant la cohérence épistémologique du projet qu’il présente un gage de solidité pour notre équipe, appelée à se saisir d’une question jadis placée par Max Weber au fondement-même de la sociologie : la question des rapports de domination.