SYMPOSIUM

Maladie, handicap et troubles mentaux

Vers une anthropologie des récits de l’adversité

 29 avril 2015, ENS Lyon, salle R 111, 10h00-17h00

 Organisation :

Hélène MARCHE*, Jérôme BEAUCHEZ*, Fabrice FERNANDEZ*, Samuel LÉZÉ**

 

Argumentaire

Dans le domaine des sciences sociales, l’intérêt porté aux récits de la maladie ou du handicap a donné lieu à des travaux variés (Hyden, 1997), attentifs aux enjeux de reconstruction du monde vécu (Kleinman, 1980 ; Good, 1998) ou de la biographie (Bury, 1984 ; Williams, 1984), aux élucidations des maux (Good, 1998), aux stratégies narratives (présentation de soi et normification chez Goffman) ou encore, au façonnement des récits collectifs. S’ils se distinguent par leurs approches et leurs objectifs, ces travaux ont en commun de souligner l’enjeu de pouvoir que constitue la mise en forme des récits.

Organisé dans le cadre du programme ANR Socioresist (2013-2017) [1], ce symposium a pour objectif d’engager une réflexion collective autour des récits d’expérience dans les constructions de la maladie, du handicap ou de troubles mentaux, à partir de la question des élaborations de l’adversité. Cette notion d’adversité apparaît en effet à même de rendre compte de l’articulation entre les épreuves auxquelles les individus sont confrontés (maladie, regard d’autrui, emprise du monde médical, etc.) et les stratégies d’adaptation, de contournement ou de résistances qu’ils élaborent dans le contrôle de leur existence.

Des questions transversales pourront orienter les discussions.

  1. Comment les élaborations de l’adversité évoluent-elles au cours du temps ? Il s’agira ici d’examiner la dynamique des récits de soi au regard des épreuves successives (par exemple, une longue hospitalisation, un retour à la vie ordinaire, une expérience de douleur extrême, etc.). L’enjeu est alors de repérer la variation des désignations de l’adversité dans les récits, ainsi que l’évolution des stratégies de résistance à son égard.
  1. En quoi la mise en forme des récits donne-t-elle lieu à des formes spécifiques de « travail » et comment en préciser la portée ? Le « travail » est ici considéré comme une action de transformation et de production de quelque chose de « nouveau » et d’original au regard de l’expérience ordinaire. Cette question pourra conduire à examiner les différents types de « travail » qui se déploient dans les récits (travail sur soi, travail sur autrui, travail moral, travail biographique, travail émotionnel, etc.) et à souligner leurs principaux enjeux (maintien de soi face au regard d’autrui, mise en cohérence de la biographie, affirmation des valeurs personnelles, etc.). Il s’agira aussi d’interroger l’importance des activités non-verbales dans les mises en forme des récits.
  1. En quoi les mobilisations collectives contribuent-elles à la dynamique des récits d’expérience et, ce faisant, aux façons d’être aux mondes ? Il s’agira ici de mettre au jour, à travers l’étude des contextes et modalités concrètes de mises en récit qui se déploient dans les groupes de patients ou de « pairs », les réélaborations des significations de l’adversité (du « mal de soi » à la désignation d’un « ennemi commun » par exemple), ainsi que la transformation des rapports aux mondes (ordinaires ou médicaux) qui en découle. Ce sont notamment les relations complexes entre subjectivation et (dé)médicalisation qui pourront être explicitées.

Cadre

La thématique sera explorée durant le symposium à partir de travaux en cours ou de pistes de réflexion à développer dans la discussion. L’animation des discussions sera assurée par les coordinateurs. Cette journée consistera aussi à poser les jalons d’une publication collective.

Participants

  • Benjamin Derbez
  • Julien Grard
  • Yannick Jaffré
  • Frédéric le Marcis
  • Audrey Parron
  • Olivier Taïeb

[1] Le programme Socioresist financé par l’Agence Nationale de la Recherche (2013-2017) propose d’interroger les formes infra-politiques de la résistance ordinaire (coordinateur : Jérôme Beauchez, Centre Max Weber, Université de Saint-Etienne).

Séminaire INTERNE n°2, Saint-Etienne, 27 et 28 février 201

 Socioresist

« Les dispositifs de la résistance ordinaire : pour une sociologie culturelle des situations de domination »

 

Ordre du jour

 

Jeudi 27/02/2014, Matinée

10h – 13h : Epistémologie et organisation de la recherche de terrain

–     10h00 – 10h30 :

Accueil, bilan d’étape (dont point financier) et perspectives du programme Socioresist

 

–     10h30 – 13h00 :

Work in progress, 1ère session :

Discussion des enquêtes ethnographiques en cours

Nb. Chaque chercheur-e disposera d’une quinzaine de minutes pour faire état de son travail, suite auxquelles la discussion s’engagera avec le groupe. Évidemment, cette présentation sera le moment de lier recherche de terrain et constitution des « états de l’art » rédigés sous forme de review articles.

L’ordre des présentations sera le suivant : Fabrice, Jérôme et Djémila

 

Pause déjeuner : 13h -14h

 

Jeudi 27/02/2014, Après-midi

14h – 18h00 : Epistémologie et organisation de la recherche de terrain

 

–     14h00 – 17h00 :

Work in progress, 2nde session :

Discussion des enquêtes ethnographiques en cours (mêmes modalités que celles décrites ci-dessus)

L’ordre des présentations sera le suivant : Anne-Sophie, Christophe, Sandra, Aurélia et Eve

 

–     17h00 – 18h00 : Retour sur la journée, état des difficultés rencontrées/exprimées dans la conduite des enquêtes, solutions à mettre en œuvre tant sur le plan individuel que collectif.

 

 

Vendredi 28/02/2014, Matinée

10h – 13h : Socioresist en réseaux

–     10h00 – 11h00 :

Présentation des travaux d’Hélène Marche (Université Rennes 2, UMR CNRS 6590 ESO), sociologue spécialiste des questions de santé, émotions et corporéité.

Hélène Marche nous présentera ses travaux sur l’expérience du cancer qu’elle articulera aux différentes formes de domination et de résistance vécues par les patient-e-s.

Pour un aperçu de ses publications, vous pouvez consulter sa page sur Academia.edu

Dans le même temps, Hélène et Fabrice présenteront leur actualité bibliographique autour de la parution prochaine aux Editions des Archives Contemporaines de l’ouvrage Les émotions. Approche de la vie sociale.

 

–     11h00 – 13h00 :

Discussion de projets. Il s’agira ici :

–       D’une part de revenir sur le calendrier de la recherche tel que fixé dès l’origine (cf. diagramme de Gantt) : rencontres/disjonctions de la programmation et du réel, pourquoi ? Chacun exposera ses raisons.

–       D’autre part de faire état des grands projets qui rythmeront les années à venir : pour l’essentiel deux colloques (incluant la publication des résultats) et le festival « Filmer la résistance : acteurs et réalisations ». Qui plus est, nous envisagerons ici les nouvelles collaborations appelées à étendre le réseau de recherche.

–       Enfin – juste avant le déjeuner ou pendant – Fabrice nous présentera le blog Socioresist, outil de « diffusion réticulaire » de nos activités.

 

Pause déjeuner : 13h -14h

 

Vendredi 28/02/2014, Après-midi

14h-16h30 : L’agenda de Socioresist, engagements et réalisations

 

–     14h00 – 15h30 :

L’agenda de la recherche. Sur la base de la discussion de projets seront fixés les engagements de chacun, ainsi que leurs dates de réalisation. Elles tiendront compte du contrat initial et de ses ajustements aux évolutions de l’enquête.

Nb. Des initiatives personnelles pourront émerger en articulation avec les grands événements. Elles seront annoncées et discutées à ce moment.

 

–     15h30 – 16h30 :

Faire équipe, renforcer le collectif. Retour sur l’ensemble du séminaire, ce moment d’échange conclura sur les différentes manières de consolider le groupe et d’affirmer le travail ensemble. Les dates des prochaines rencontres seront arrêtées.