Film chilien Les soeurs Quispe

LES_SŒURS_QUISPE_120X160_WEB-copie

 

LES_SŒURS_QUISPE_FLYER_WEB

Un film de Sebastian Sepulveda – Sortie nationale le 4 juin 2014.

Chili 1974. Justa, Lucia et Luciana Quispe, trois bergères de l’Altiplano, mènent une vie retirée au rythme de la nature. À son arrivée au pouvoir, Pinochet remet en question ce mode de vie ancestral. Les trois soeurs traversent alors une crise existentielle qui aura un retentissement unique dans l’histoire contemporaine du Chili.

Basé sur un fait réel en 1974, sur les hauteurs de l’Altiplano Chilien à 4000 m d’altitude, ce film (Prix de la Photographie à la Semaine de la Critique de Venise 2013) raconte l’histoire des soeurs Quispe, trois gardiennes de chèvres d’origine Coya qui ont vu leur mode de vie remis en question suite à la loi du gouvernement Pinochet ordonnant l’abattage de tous les troupeaux. Cette tragédie humaine a marqué le Chili en devenant une légende et a même inspiré une pièce de théâtre.

Ce film pose des questions sur la disparition du monde ruralla dépossession des terres mais aussi l’impact de ces changements sur les populations rurales et paysannes.

Entretien avec le réalisateur Sebastian Sepulveda : 

Ce fait-divers est une véritable légende au Chili, l’histoire de ces soeurs fait désormais partie de notre imaginaire. Pour ma part, j’ai été fasciné par la dignité de Justa, Lucia et Luciana Quispe, trois femmes de la communauté andine des Coyas terrorisées par un danger extérieur. Le contexte m’a aussi beaucoup intéressé : cette histoire se déroule dans un monde « primitif », coupé de tout si ce n’est de la nature et de la famille. Il y est question de fin : la fin du monde dans lequel les soeurs Quispe évoluent, mais plus généralement, la fin d’un mode de vie voué à disparaître. Au delà de l’histoire de ces soeurs, le film embrasse des thématiques universelles qui, je l’espère, créent un dialogue avec les spectateurs.

Bande-annonce ici : 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19544791&cfilm=224658.html

Se battre

Affiche du film

NOTE D’INTENTION

Il y a dans ce film ce que nous sommes, ce qui nous anime en tant que citoyens et cinéastes.

Nous sommes arrivés à Givors en novembre 2011 pour ouvrir le chantier du film. Pourquoi Givors? C’est une ville moyenne de 20000 habitants, sise entre le Rhône et le Gier, adossée à la campagne et traversée par l’autoroute qui de Lyon conduit à Saint-Étienne. Elle fut une grande ville ouvrière, son bassin industriel a créé beaucoup d’emplois et attiré nombre d’immigrés venus de toute part. Et puis tout s’est écroulé très rapidement, il n’y a pas si longtemps.

Givors nous semble être emblématique d’une histoire telle que la connaissent une grande majorité de français.

Les personnes que nous avons filmées sont quelques unes parmi les millions qui, dans notre pays, ont des fins de mois difficiles, qu’elles aient un travail ou non.

Ce n’est pas un film sur la précarité ou la pauvreté. C’est un film fait avec des êtres  qui traversent cette précarité dans la banalité du quotidien, du chômage, de la survie ou du travail mal payé. Ils sont le paysage à découvrir avec leur vitalité, leur détermination à vivre, leur culture de résistance. En effet, ce n’est pas parce qu’on est pauvre, qu’on est dénué de parole, de rêves, de sentiments, ou qu’on n’est pas dépositaire de mémoire et d’envie de transmettre à ses enfants l’idée d’un monde meilleur.

Nous sommes en train d’accepter petit à petit en France l’idée d’une société à deux vitesses, entre ceux qui ont plus au moins, et ceux qui n’ont plus. Mais être pauvre aujourd’hui chez nous, c’est aussi ne plus être entendu, ne plus être vu ou regardé, c’est se cacher, se taire, et subir un vrai racisme social. Tous ces mots par lesquels on les stigmatise, assistés, déclassés, et tant d’autres qui font mal, provoquent ainsi chez eux un sentiment de culpabilité, tout en les séparant de plus en plus de nous.

Filmer, c’est prendre soin de l’autre. Chacun de nous construit sa vie en se confrontant aux regards des autres. Si ce regard n’existe plus, la vie s’arrête.

C’est pourquoi nous voulions aussi rendre hommage au travail des bénévoles des associations d’entraide, une véritable armée de l’ombre, qui aux côtés des plus démunis essaye de ne pas les laisser seuls. L’évidence avec laquelle certains êtres aident les autres, leur don de soi, est quelque chose d’admirable.

Nous avons eu le sentiment de filmer à Givors la substance d’un pays, sa moelle. Nous avons rencontré le peuple français tel qu’il est tel et tel qu’il maintient vive sa culture de résistance et de générosité, sa part de singularité.

A condition de lui prêter attention. A condition de le considérer et ne pas le laisser dans la solitude.

Jean-Pierre Duret et Andréa Santana

http://www.sebattre.com/