SYMPOSIUM

Maladie, handicap et troubles mentaux

Vers une anthropologie des récits de l’adversité

 29 avril 2015, ENS Lyon, salle R 111, 10h00-17h00

 Organisation :

Hélène MARCHE*, Jérôme BEAUCHEZ*, Fabrice FERNANDEZ*, Samuel LÉZÉ**

 

Argumentaire

Dans le domaine des sciences sociales, l’intérêt porté aux récits de la maladie ou du handicap a donné lieu à des travaux variés (Hyden, 1997), attentifs aux enjeux de reconstruction du monde vécu (Kleinman, 1980 ; Good, 1998) ou de la biographie (Bury, 1984 ; Williams, 1984), aux élucidations des maux (Good, 1998), aux stratégies narratives (présentation de soi et normification chez Goffman) ou encore, au façonnement des récits collectifs. S’ils se distinguent par leurs approches et leurs objectifs, ces travaux ont en commun de souligner l’enjeu de pouvoir que constitue la mise en forme des récits.

Organisé dans le cadre du programme ANR Socioresist (2013-2017) [1], ce symposium a pour objectif d’engager une réflexion collective autour des récits d’expérience dans les constructions de la maladie, du handicap ou de troubles mentaux, à partir de la question des élaborations de l’adversité. Cette notion d’adversité apparaît en effet à même de rendre compte de l’articulation entre les épreuves auxquelles les individus sont confrontés (maladie, regard d’autrui, emprise du monde médical, etc.) et les stratégies d’adaptation, de contournement ou de résistances qu’ils élaborent dans le contrôle de leur existence.

Des questions transversales pourront orienter les discussions.

  1. Comment les élaborations de l’adversité évoluent-elles au cours du temps ? Il s’agira ici d’examiner la dynamique des récits de soi au regard des épreuves successives (par exemple, une longue hospitalisation, un retour à la vie ordinaire, une expérience de douleur extrême, etc.). L’enjeu est alors de repérer la variation des désignations de l’adversité dans les récits, ainsi que l’évolution des stratégies de résistance à son égard.
  1. En quoi la mise en forme des récits donne-t-elle lieu à des formes spécifiques de « travail » et comment en préciser la portée ? Le « travail » est ici considéré comme une action de transformation et de production de quelque chose de « nouveau » et d’original au regard de l’expérience ordinaire. Cette question pourra conduire à examiner les différents types de « travail » qui se déploient dans les récits (travail sur soi, travail sur autrui, travail moral, travail biographique, travail émotionnel, etc.) et à souligner leurs principaux enjeux (maintien de soi face au regard d’autrui, mise en cohérence de la biographie, affirmation des valeurs personnelles, etc.). Il s’agira aussi d’interroger l’importance des activités non-verbales dans les mises en forme des récits.
  1. En quoi les mobilisations collectives contribuent-elles à la dynamique des récits d’expérience et, ce faisant, aux façons d’être aux mondes ? Il s’agira ici de mettre au jour, à travers l’étude des contextes et modalités concrètes de mises en récit qui se déploient dans les groupes de patients ou de « pairs », les réélaborations des significations de l’adversité (du « mal de soi » à la désignation d’un « ennemi commun » par exemple), ainsi que la transformation des rapports aux mondes (ordinaires ou médicaux) qui en découle. Ce sont notamment les relations complexes entre subjectivation et (dé)médicalisation qui pourront être explicitées.

Cadre

La thématique sera explorée durant le symposium à partir de travaux en cours ou de pistes de réflexion à développer dans la discussion. L’animation des discussions sera assurée par les coordinateurs. Cette journée consistera aussi à poser les jalons d’une publication collective.

Participants

  • Benjamin Derbez
  • Julien Grard
  • Yannick Jaffré
  • Frédéric le Marcis
  • Audrey Parron
  • Olivier Taïeb

[1] Le programme Socioresist financé par l’Agence Nationale de la Recherche (2013-2017) propose d’interroger les formes infra-politiques de la résistance ordinaire (coordinateur : Jérôme Beauchez, Centre Max Weber, Université de Saint-Etienne).

Corps en résistance

Corps en résistance : quand les femmes républicaines entrent en grève

un documentaire de Louise Hénaff, réalisé par Charlotte Roux.

Prise de son et mixage : Pierric Charles.

Ecouter en podcast sur France Culture

Reconstitution d’une cellule de la prison d’Armagh © Pierric charles

On se souvient des images télévisées du conflit d’Irlande du nord. Ces femmes qui martèlent le sol avec les couvercles de poubelle ou celles qui défient l’armée britannique en manifestant enveloppées dans une couverture pour leur fils, mari ou frère emprisonnés.

 

Si l’engagement des femmes catholiques  – républicaines a pris de multiples formes, il témoigne du rôle majeur qu’elles ont joué pour défendre leur communauté – un rôle pourtant très peu représenté. La grève de l’hygiène de 1980 dans la prison d’Armagh, à 50 km de Belfast, en est l’exemple le plus probant.

 

En 1976, le gouvernement britannique retire le statut de prisonnier politique aux républicains comme aux loyalistes. Tous doivent se plier au régime carcéral et être traités comme des prisonniers de droit commun. Mais les républicains protestent et refusent de porter l’uniforme de la prison. Ils sont nus sous une couverture. Cette grève de la couverture escalade en 1978 à la grève de l’hygiène. En effet, pour renverser le pouvoir carcéral et éviter les violences physiques, les républicains étalent leurs excréments sur les murs et cessent de se laver.

 

Alors que les femmes républicaines, enfermées à la prison d’Armagh, bénéficient d’un traitement différent, de violentes fouilles de cellules menées dans la nuit du 7 février 1980 les décident à rejoindre le mouvement de protestation des hommes incarcérés à la prison de Long Kesh. 32 femmes participent à la grève de l’hygiène. De même, trois femmes soutiennent les hommes et font la première grève de la faim de 1980.

Silent Grace, réalisé par Maeve Murphy, est le seul film abordant ce sujet mais il est très peu diffusé. En revanche, le site Prisons Memory Archive donne à entendre la parole des hommes comme des femmes, des républicains comme des loyalistes, des prisonniers comme du personnel carcéral. Cahal McLaughlin détaille l’intérêt de cette démarche dans l’histoire du conflit Nord Irlandais: