Corps en résistance

Corps en résistance : quand les femmes républicaines entrent en grève

un documentaire de Louise Hénaff, réalisé par Charlotte Roux.

Prise de son et mixage : Pierric Charles.

Ecouter en podcast sur France Culture

Reconstitution d’une cellule de la prison d’Armagh © Pierric charles

On se souvient des images télévisées du conflit d’Irlande du nord. Ces femmes qui martèlent le sol avec les couvercles de poubelle ou celles qui défient l’armée britannique en manifestant enveloppées dans une couverture pour leur fils, mari ou frère emprisonnés.

 

Si l’engagement des femmes catholiques  – républicaines a pris de multiples formes, il témoigne du rôle majeur qu’elles ont joué pour défendre leur communauté – un rôle pourtant très peu représenté. La grève de l’hygiène de 1980 dans la prison d’Armagh, à 50 km de Belfast, en est l’exemple le plus probant.

 

En 1976, le gouvernement britannique retire le statut de prisonnier politique aux républicains comme aux loyalistes. Tous doivent se plier au régime carcéral et être traités comme des prisonniers de droit commun. Mais les républicains protestent et refusent de porter l’uniforme de la prison. Ils sont nus sous une couverture. Cette grève de la couverture escalade en 1978 à la grève de l’hygiène. En effet, pour renverser le pouvoir carcéral et éviter les violences physiques, les républicains étalent leurs excréments sur les murs et cessent de se laver.

 

Alors que les femmes républicaines, enfermées à la prison d’Armagh, bénéficient d’un traitement différent, de violentes fouilles de cellules menées dans la nuit du 7 février 1980 les décident à rejoindre le mouvement de protestation des hommes incarcérés à la prison de Long Kesh. 32 femmes participent à la grève de l’hygiène. De même, trois femmes soutiennent les hommes et font la première grève de la faim de 1980.

Silent Grace, réalisé par Maeve Murphy, est le seul film abordant ce sujet mais il est très peu diffusé. En revanche, le site Prisons Memory Archive donne à entendre la parole des hommes comme des femmes, des républicains comme des loyalistes, des prisonniers comme du personnel carcéral. Cahal McLaughlin détaille l’intérêt de cette démarche dans l’histoire du conflit Nord Irlandais:

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *